06/03/2008

Sohravardi

 HUMANISME_00I3

 

 

Jean : 15 :

 

15 (Bible Parole Vivante )

 

Je ne vous appelle plus serviteurs, parce qu’un serviteur n’est pas dans le secret des intentions de son maître.

Je viens de vous appeler mes amis,

parce que je vous ai fait part de tout ce que j’ai appris de mon Père.

art-75-gnose+gnose[1]

 

 

une expérience mystique,

sans formation philosophique préalable,

est en grand danger de s’égarer;

 

mais une philosophie

qui ne tend

ni n’aboutit

à la réalisation spirituelle,

 

est vanité pure.

 

Jean : 1 :

 

1 (Bible Parole Vivante )

 

Révélation de Jésus-Christ.

 

Ce livre dévoile les secrets que Dieu a confiés à Jésus-Christ, pour qu’il les transmette à ses serviteurs et leur annonce les événements qui doivent arriver bientôt de façon soudaine et inattendue.

Par l’intermédiaire de son ange, Jésus-Christ les a communiqués par signes et symboles à son serviteur Jean.

 

 

Sohravardî,

 

Évangile de Thomas :


Jésus a dit :


1


et il a dit


celui qui découvrira l’interprétation de ces paroles


ne goûtera pas la mort


à voir :


Jean 8. 51-52 : En vérité je vous dis : si quelqu’un garde ma parole… jamais il ne goûtera la mort.





2


a dit Jésus


celui qui cherche qu’il ne cesse de chercher jusqu’à ce qu’il trouve


et quand il aura trouvé il sera bouleversé


et s’il est bouleversé il sera émerveillé


et il sera roi sur le tout


à voir aussi :



Matthieu 7. 7-8 - Luc 11. 9-10 .

 

 

La mort et la vie ont un sens diffèrent ,pour le mystique ,le gnostique .

 

Est vivant ,celui qui est fidèle à Jésus-Christ :

 

 

« Matthieu 7:7

 

-Demandez,

continuez

à demander,

et vous recevrez;

cherchez,

persévérez dans votre recherche,

et vous trouverez;

frappez,

insistez,

et la porte vous sera ouverte. »

 

Celui ou celle qui cherche le sens véritable des paroles cachées,

qui recevra donc la connaissance,

 

Ceux la vivront un véritable vie !

 

Par contre la mort est absence de vie,

comme l’obscurité est absence de lumière,

comme l’ignorance est absence de connaissance.

 

La mort ,

c'est la soumission à des maîtres ,

à des docteurs de la loi ,les clergés ,

qui réfléchissent à votre place .

 

La mort ,

c'est être des soumis ,

des intégristes,

des conservateurs ,

des fondamentalistes ,

 

c'est croire sans cherchez à comprendre .......

C'est agir ,sans savoir pourquoi on agit ........

 

 

La connaissance appelée gnose est associée directement à la notion de vie.

 

Accéder à la gnose ,

à la connaissance ,

à la connaissance de soi ,

 

au véritable messager de Dieu : Jésus-Christ !

 

est la condition première pour avoir accès à la vie véritable,

une vie dans la sérénité ,dans la plénitude de soi .

 

La mort physique, toujours présente ,inévitable

comme l’aboutissement de la vie biologique, ne gênera toutefois pas celui ou celle qui a retrouvé son port d’attache absolu…,

la vie véritable :

le royaume de Dieu !

 

Luc 17 :

21 (Bible Parole Vivante )

 

Les gens ne pourront pas dire: “Venez, il est ici” ou: “Il est là”, car notez-le bien,

 

le Règne de Dieu a déjà commencé:

il est en vous ;

 

Par contre ,

 

est déjà mort ,

 

celui qui ne raisonne pas ,

est un soumis,

est le dépendant ,

l'esclave de gourou ,

de clergés ,

de docteurs de la loi ,

qui est dirigé dans sa vie ,

ses pensées,

devenant un zombie psychologique !

 

La mort physique est effrayante ,

 

ayant le sentiment inconscient de rater sa vie ?

 

Le bigotisme ,

le fanatisme ,

le traditionalisme,

le conformisme,

l'immobilisme,

 

n'y changeront rien !

 

Jésus a prévenu :

 

41

 

a dit Jésus

 

celui qui a dans sa main à lui sera donné

 

celui qui n’a pas

 

le peu qu’il a lui sera pris de sa paume

 

voir aussi :

 

Matthieu 13. 12 et 25. 29

 

  • Luc 8. 18

  • et 19. 26

  •  

  • - Marc 4. 25

 

 

 

 

 

Sohravardî,

 

dit le Shaykh al-ishrâq,


a fondé une métaphysique de l'Imagination active qui sera amplifiée parle même Shîrâzî .


Le postulat d'un monde imaginal,

véritable inter-monde entre le monde matériel

et le monde des archanges célestes se déploie dans cet horizon philosophique aux ramifications encore très actuelles,


puisque


«nommer l'Islam iranien,


c'est nommer en fait l'Islam shî'ite»


De culture iranienne Sohravardî fut plutôt proche du chiisme, même s’il ne s’en réclamait pas expressément.


L’usage qui il fait de la philosophie grecque ,


la philosophie Judeo-Chrétienne ,


de la sagesse zoroastrienne


ne plut pas aux ulémas sunnites de Syrie dans laquelle enseignait le maître Sohravardî.


Les Ulémas purent convaincre le maître de Syrie,

le fameux Saladin de condamner à mort le Sheïkh de l’Ichraq pour hérésie.

Ce qui fut fait en l’an 587 de l’hégire.


Le grand Saladin connu pour son esprit chevaleresque avec les croisés n’eut aucune pitié du jeune mystique de trente-six ans.





Sohravardi (1155-1191)


texte protégé ©

,que je cite tel quel .


Je remercie Ralph Stehly, Professeur d'histoire des religions, Université Marc Bloch, Strasbourg

de faire profiter ,tout le monde ,de ses connaissances ,qu'il en soit profondément remercié .


Sohravardi (1155-1191)


© Ralph Stehly, Professeur d'histoire des religions, Université Marc Bloch, Strasbourg


http://stehly.chez-alice.fr/sohravar.htm


Shihâb ad-dîn Yahyâ Sohravardî, surnommé al-cheikh al-maqtûl ("le maître assassiné" , à Alep à 36 ans), naquit à Sohravard en Iran en 1155.


Il fit ses études à Marâgheh en Azerbaïdjan auprès de Majd ad-dîn Jîlî, qui eut aussi pour élève Fakhr ad-dîn ar-Râzî, le grand philosophe et médecin. Puis on le retrouve à Ispahân, où précédemment Avicenne (980-1037) avait déployé son activité.


Il mena une vie itinérante, fréquentant les communautés soufies. Epris de solitude, il gravit toutes les étapes de la vie mystiques.


Puis il se rendit à Alep, où il devint l'ami du gouverneur Al-Malik az-Zâhir, l'un des fils de Saladin (1138-1193).


Lui aussi (comme Ibn 'Arabî) ne respecta pas la discipline de l'arcane (le kitmân). Les fuqahâ' (docteurs de la Loi) l'accusèrent donc d'impiété (kufr).


Principale doctrine: si le cycle de la Prophétie est clos, celui de l'inspiration reste ouvert. Sous la succession de la walâya (la sainteté) se cache la continuation d'une prophétie secrète.



Malgré l'opposition d'al-Mâlik az-Zâhir, Sohravardî dut périr, mais on ne sait pas exactement dans quelles circonstances. Il fut assassiné à Alep le 29 juillet 1191, à l'âge de 36 ans (ou de 38 années lunaires).

 

 

Ainsi donc ,après Hallaj, notre blog sera dédié à Sohravardi ,

et à tous ceux ,qui né dans un environnement hostile ,ont cherché Jésus-Christ _ PROFFESEUR(A71)

par la voie de la raison ,

par la voie de la connaissance ,

 

par la voie du Logos ,

 

le Logos Jésus-Christ ?

 

Et cela aux prix des pires souffrances ,et souvent du martyrs

et de leurs vies !

 

1 Aux origines, avant que rien n’existe, le Fils,logov expression de Dieu, était là. Le logov était face à face avec Dieu, étant lui- même Dieu.

Jean 1 .

 

Alors ,que d'innombrables Chrétiens ,

né en terre Chrétienne ,

ayant les textes ,

l'enseignement à leurs dispositions ,

se complaisent dans la facilité ,

les infantilismes,

la dégénérescence,

l' ineptie?

 

Pour le logos :

 

http://evangileselonjef.canalblog.com/archives/jesus__le_...

 

 

Merci de participer à notre Blog.

 

Merci de respecter ses valeurs .

 

http://islamreflexion.skynetblogs.be/

 

 

 

01:43 Écrit par POUR SE COMPRENDRE IL FAUT SE CONNAITRE dans FONCTIONNEMENT | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : coran, dialogue, fondamentalisme, gnose, histoire, integrisme, intolerance, islam, martyr, reflexion, soufi, theologie, tolerance | |  Facebook | | |  Imprimer

Commentaires

Shoravardi a recherché Jésus-Christ... Mais pourquoi ? Comme tout bon musulman il l'avait déjà trouvé. Les musulmans sont aussi des zélateurs de Jésus pour qui il est un (grand) prophète de l'islam.
Ce que vous semblez ignorer

Écrit par : Dr Nabu | 06/03/2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.