24/06/2009

Neda, martyre 2.0

Neda, martyre 2.0;

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-orient/neda-martyre-2-0_769146.html

 

Par Olivier Tesquet, publié le 22/06/2009 11:42 - mis à jour le 22/06/2009 15:43

  •  
    • NEDA2

David McNew/Getty Images/AFP

Jusqu'aux Etats-Unis (ici à Los Angeles, dimanche), le visage en sang de Neda symbolise l'opposition iranienne au régime.

Tuée par balles lors de la manifestation de samedi à Téhéran, la jeune Neda est devenue l'image de la contestation iranienne. Internet y associe son bruit.

Jusqu'à samedi, elle était une anonyme parmi la foule des mécontents. Visiblement abattue par un tir de bassidjis -la milice du régime- alors qu'elle défilait au sein d'un cortège dans les rues de Téhéran, Neda Soltani est devenue l'icône des anti-Ahmadinejad, incarnant désormais la crête de la vague verte.

Agée de 26 ans selon certaines sources (seulement 16 pour d'autres), la jeune fille est décédée dans les bras de son père et surtout, devant la caméra basse résolution d'un téléphone portable. Immédiatement, la vidéo de sa mort brutale a été postée sur Youtube, Facebook et Twitter. Les réseaux sociaux, déjà suspendus aux lèvres de la vox populi iranienne et de ses slogans, ont réagi de manière épidermique aux images.

Des dizaines de groupes ont fleuri sur Facebook, comme autant de stèles virtuelles et d'épitaphes lyriques. La page "fan" de Neda regroupait lundi matin plus de 2000 internautes, louant tous l'"Ange de l'Iran". Sur Twitter, une balise à son nom (#Neda) est très rapidement apparue parmi les trending topics (les sujets les plus populaires). Comme en témoigne cette courbe, les discussions autour de la jeune Iranienne ont représenté jusqu'à 1% du nombre total de tweets sur la plate-forme. Quand on sait que 6 à 10 000 micro-messages sont postés chaque minute, ce pourcentage indique l'impact de son décès sur la Toile.

"Le monde entier l'entend"

CNN aussi a joué les vecteurs en consacrant un reportage à la jeune fille. La journaliste Octavia Nasr y utilise tous les ressorts du storytelling, cette scénarisation de l'information qu'affectionnent les Américains.

La vidéo de CNN ci-dessous: attention, les images sont choquantes et ne doivent pas être visionnées par un public sensible.

Outre le phénomène de capillarité inhérent à la machine Internet, cette "mort en direct" résonne comme un écho à l'"Homme de Tiananmen", ce mystérieux homme qui osa défier les chars de l'Armée populaire de libération, le 5 juin 1989. Elle est le corollaire d'une démocratisation technologique qui perce jusqu'en Iran, véritable abri anti-numérique des ayatollahs du régime. Désormais, l'obscurantisme, politique ou religieux, ne peut plus juguler la voix de ses opposants, ni -surtout- jeter une chape de plomb sur leur identité.

Comme un symbole, un tweet est relayé par des dizaines d'internautes à travers le monde: "Si une jeune fille innocente est abattue à mi-chemin du monde entier, fait-elle un bruit? Oui, le monde entier l'entend."

Se taire,
 ne rien dire ,
ne pas réagir !
Et voila ce qui arrive !
TOLERANT78656

 

Cessez de vous taire .


Adresse Émail :

islamreflexion@yahoo.fr


Toutes les réactions sont les bienvenues et publiées ' (Si VOUS le désirez),
de toute façon ,nous en tenons compte :
,à l'exception des mails vulgaires ,injurieux ou anonymes .
 

 

Citoyens !

Ne vous Taisez plus  !

 

 réfléchissez  !3ATHEES

 

Les commentaires sont fermés.